Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Impossibilité de prier?

   Une autre source d'inquiétude : la prière. "Je ne peux pas prier", dites-vous presque toutes, avec un ensemble touchant. Evitez cette plainte désespérée, car vous le savez, c'est à la prière que toute la vie est suspendue : la vérité de vos gestes et de vos pensées, la qualité de vos sentiments, dépendent de ce mystérieux regard de l'âme vers Dieu : Dites-moi comment vous priez, je vous dirai qui vous êtes.

   De graves personnes vous ont dit qu'il fallait prier pendant vingt minutes par jour. Facile à dire, Messieurs ! Ce minutage me paraît pécher à la fois par excès et par défaut, car Notre Seigneur dit qu'il faut prier sans cesse. - Ah ! voilà bien le comble ! direz-vous. Il nous est impossible de faire vingt minutes d'oraison par jour, et pour parer à cette impossibilité on nous dit qu'il faut que nous priions sans cesse ! Sommes-nous donc des carmélites pour faire ainsi descendre le ciel sur la terre?

 

   En réponse à cette épreuve de la prière impossible, il n'est que de retourner à une prière possible, qui est la seule vraie : une prière intérieure, si profonde, si intime, que rien ne saura l'empêcher de sourdre au fond de l'âme. A la limite, la souffrance de ne pas pouvoir prier a déjà valeur de prière ; c'est ce gémissement inénarrable du Saint-Esprit, dont parle saint Paul. Il n'est pas nécessaire que cette plainte douce et amoureuse soit toujours formulée. Il suffit qu'elle vous suive tout le long du jour et qu'elle jaillisse parfois comme un appel spontané. En bref, tenir pour certain que la meilleure prière est celle où nous avons le moins de part, cette prière "brève et pure" faite d'élans furtifs, d'invocations et d'oraisons jaculatoires qui, d'heure en heure, donne à vos journées un parfum de ciel. Par-dessus toutes les formes de prières, si nobles soient-elles, il faut donc considérer comme essentielle et toujours possible l'union à Dieu intérieure (sans parole) douce, paisible, affectueuse, filiale, qui est la respiration de l'âme.

 

(Mères de famille, ayez confiance. Par Dom Gérard, m.b. - Itinéraires, Chroniques & Documents.)

Les commentaires sont fermés.